En quoi consiste un diagnostic des problèmes d’humidité et comment les traiter ?

Mold on white ceiling and heat pipe

Avant de traiter l’humidité, il est indispensable de réaliser un diagnostic. Cette étape vous aide à connaître les causes, les signes de l’humidité et à déterminer les meilleures solutions à adopter. Elle vous permet également de déterminer les parties affectées.

La détermination des causes de l’humidité

Lors d’un diagnostic des problèmes d’humidité et traitement, la cause du problème est la première chose à déterminer. L’infiltration est l’une des principales causes de l’humidité. Elle attaque les parois ou les toits de votre maison. L’infiltration d’eau peut être provoquée par des fuites de canalisations, des gouttières bouchées, des fissures dans les murs, etc. Elle provoque la formation de moisissures, la présence d’odeurs nauséabondes, le développement de bactéries, etc. L’infiltration se situe au niveau des plafonds, des murs et des façades.

Une mauvaise ventilation peut aussi être à l’origine de l’humidité. Elle peut donner lieu à la condensation, le mérule, la moisissure ou le salpêtre. La condensation se rencontre le plus souvent sur les murs, les fenêtres, les joints de carrelage et les plafonds. Elle favorise aussi le développement d’acariens.

Des remontées capillaires peuvent aussi entraîner l’humidité. Elles se situent au niveau des murs tels que les fondations et les cloisons poreuses. Les remontées capillaires s’identifient au niveau des murs, des sous-sols et des caves. Pour être sûr de l’origine de l’humidité, vous devez connaître les signes qui ne trompent pas.

L’humidité peut aussi être provoquée par des fuites, des dégâts des eaux ou d’autres accidents de ce genre.

La prise en compte des signes de l’humidité

Une fois les causes identifiées, il est important de s’assurer qu’il s’agit bien des problèmes d’humidité. Si la cause de l’humidité est l’infiltration, vous devez tenir compte des signes tels que la fuite, la présence d’auréoles brunes sur les murs ou de salpêtre.

S’il s’agit de remontées capillaires, il y a apparition de salpêtre, de petits champignons, décollement de papier peint ou dégradation de plâtre sur les murs intérieurs. Sur les murs extérieurs, vous remarquez la dégradation du crépi, la présence d’auréoles ou de cloques.

S’il s’agit de condensation, il y a des traces de buée sur les fenêtres, d’humidité sur les murs ou de moisissures. Les murs présenteront également des mérules. Vous pouvez aussi reconnaître la condensation à l’aide de taches noires sur les murs ou les poutres.

Les solutions pour chaque type d’humidité

Il y a un traitement à réaliser pour chaque forme d’humidité. Si cela concerne des infiltrations par micro fissures, optez pour l’hydrofugation. S’il s’agit de fissures moyennes, le mieux est d’utiliser un revêtement imperméable ou du mastic. Si l’humidité arrive à toucher les fondations, vous pouvez procéder au drainage ou à l’installation de membrane étanche.

Si l’humidité provient d’une condensation, il vous est recommandé d’améliorer votre système de ventilation, votre isolation ou d’utiliser un déshumidificateur. En matière de ventilation, vous avez un large choix : VMC, VMR, installation d’entrées et de sorties d’air, etc.

S’il s’agit de remontées capillaires, il faut faire une injection de résine pour les murs intérieurs. Pour les murs extérieurs, un assèchement, un drainage ou un traitement anti-salpêtre serait parfait.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *